La fable du prince amateur de musique

"...Donne à chaque musique le temps et l'espace qu'elle mérite."

Cian avait longuement discuté avec une amie du refus généralisé qu'on puisse être amoureux de plusieurs personnes à la fois. Il disait qu'il était issu de notre culture de l'amour unique, mais il convenait que c'était une situation compliquée et il était bien placé pour en parler.
Pour étayer son propos, et peut-être pour éclaircir ses propres idées, il inventa la fable du prince amateur de musique que voici :

Un jeune prince vivait dans un royaume où une seule musique était autorisée à la cour du roi, son père...
Chacun s'accordait à dire que c'était très bien ainsi. Il faut dire que cette musique était vraiment merveilleuse et personne ne semblait s'en lasser. 

Mais un jour le prince s'égara un peu dans la forêt où il s'enfonça sans le vouloir. Tout-à-coup il entendit des sons qui n'avaient jusque-là jamais franchi le seuil de ses oreilles. Il lui fallu quelques instants pour comprendre que ces notes formaient une mélodie complètement différente de la seule qu'il connaissait. Il eut du mal à admettre qu'il était en train d'écouter une autre musique dont le rythme et l'arrangement n'avaient rien à voir avec celle dont il avait l'habitude mais cela ne l'empêcha pas de l'aimer presque aussitôt car elle lui procurait tout autant d'émotion que la musique officielle. 

Ainsi donc il existait non pas une mais deux musiques ! Cette découverte le bouleversa et il crut un moment perdre la raison. Il lui vint même à l'esprit que peut-être il existait une troisième musique, voire plus, une infinité peut-être, c'était étourdissant ! Et il se dit que si elles étaient toutes aussi belles il était vraiment dommage de ne pas pouvoir toutes les goûter...

Il se ressaisit et se dirigea vers l'orchestre de la forêt qui s'interrompit aussitôt à son approche. Les musiciens l'avaient reconnu et craignaient sa réaction mais celui-ci les rassura et leur fit même la proposition extravagante de venir jouer à la cour ! Ils furent bien obligés d'accepter.

De retour au château, le soir même, le prince organisa un concert afin que chacun puisse admirer son extraordinaire découverte et constater qu'on pouvait aimer deux musiques en même temps ! Le roi observa les préparatifs avec un peu d'inquiétude mais laissa faire. 

Le moment venu, sur un signe du prince, le concert commença. Et les deux orchestres se mirent à jouer... en même temps. Les deux musiques s'entrechoquèrent si horriblement en formant une cacophonie si insupportable que les convives se bouchèrent les oreilles. Le prince ne comprenait pas ce qu'il se passait, c'était impensable ! Comment deux si belles choses pouvaient-elles s'annihiler à ce point ? Il était effondré.

Le roi fit interrompre le concert et demanda à l'orchestre de la forêt d'y retourner non sans l'avoir remercié. Les gens de cour tirèrent certaines conclusions, tout particulièrement celle que rien de bon n'arrivait lorsqu'on bousculait l'ordre établi et on applaudit lorsque la musique officielle, seule, s'éleva à nouveau dans les airs. Mais le prince n'écoutait plus.

Les jours suivants il s'aperçut que cette unique musique, aussi merveilleuse soit-elle, ne lui suffisait plus. Il lui manquait définitivement quelque chose et il dépérissait à vue d’œil.

Voyant son fils si malheureux, le roi vint lui parler :
- Réfléchis mon fils ! Qui t'empêche d'aller dans la forêt écouter la musique qui te manque tant ? Qui t'empêche de revenir au château apprécier la musique officielle que tu aimes toujours autant ? Et la Terre est vaste, il existe peut-être d'autres bois à explorer... Que crois-tu que je fasse lorsque mes serviteurs me cherchent un peu partout, sans me trouver ? Bien sûr je ne le crie pas sur les toits car les gens aiment les choses simples, il ne faut pas les choquer.
Fais ce que ton cœur te dicte, mais fais-le bien ! Ne mélange pas tout ! 
...
Donne à chaque musique le temps et l'espace qu'elle mérite.

2 commentaires:

  1. C'est extrêmement interéssant !!! Bien sûr et pourquoi pas ....la vie est si courte ! Discrétion et silence sont le prix à payer pour ne pas nuire au deux musiques...sourire

    RépondreSupprimer
  2. Je suis très content que vous ayez apprécié cette fable ! Je crois à l'infinité de l'amour, pourquoi chercher à le restreindre ? Mais il faut traiter les gens qu'on aime avec respect.

    RépondreSupprimer