Jalousie (version originale)


Alors donc le revoilà,
le faux frère, faux ami,
mon intime ennemi,
disparu sans éclat.

L’obscur alchimiste
capable de transformer
la beauté en fumée
et de rendre l'amour triste,



Coupable de m'avoir volé
celle qui me hantait chaque soir
et m'avait envoûté sans le savoir,
Coupable enfin de m'avoir exilé.

Comme je l'ai envié, toujours,
obtenant d'elle ce dont j'avais rêvé :
son attention, ses baisers
sa chaleur et son amour

Puis, très longtemps il a dû partir
laissant loin derrière lui
cette fille avec son ennui
et l'intenable serment de revenir

C'était il y a quarante ans
mais il surgit aujourd'hui.
Et ma jalousie avec lui.
Elle me tenaille en dedans.

Elle transforme mon cœur en pavé
me fait soupçonneux, menteur, aigri
capable de rendre l'amour gris
et de blesser mon amie retrouvée.

Ce voleur a dans ses valises
de vieux souvenirs sans poésie.
Qu'il reparte avec ma jalousie
en supplément de sa traîtrise.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire